Etude en Belgique : maintien des quotas

vendredi 4 janvier 2013

Récemment, la FFP a attiré l’attention du cabinet du Ministre de l’Enseignement Supérieurs Belge sur le nombre croissant d’étudiants Français souhaitant effectuer leurs études de psychomotricité en Wallonie. Soucieuse du respect des spécificités des formations françaises et belges et soutenant le développement autonome de l’école belge de psychomotricité, la FFP souhaitait donc connaitre la position du Gouvernement Belge à ce sujet.

En réponse, ce dernier a fait part de sa grande inquiétude quant à ce phénomène qui, selon le cabinet du ministre, déstabilise et désorganise le système d’enseignement Belge. En effet, nombre de ces étudiants ne souhaitent pas rester en Belgique une fois le diplôme obtenu, ce qui fragilise grandement le développement, si ce n’est le maintien de l’effectif des psychomotriciens Belges.

Cette recrudescence des demandes de Français à étudier en Belgique porte non seulement atteinte à la qualité du système de soin Belge, mais elle constitue à terme un frein considérable à la psychomotricité dans son ensemble, préjudice ô combien regrettable en cette période de développement sans précédent de notre profession en Europe.

Face a cet afflux majeur des étudiants, Le Gouvernement Belge a donc souhaité maintenir son système de quota voté en 2006 qui limite à 30% de l’effectif le nombre de non résident Belges admis dans les écoles Belges.

Cette décision contestée a finalement été validée en décembre dernier par la commission Européenne qui autorise donc la Belgique à maintenir des quotas pendant au moins 5 années supplémentaires.

La FFP se réjouit donc de cette décision qui va dans le sens du développement de la profession en Europe et la préservation des spécificités des formations Belges et Françaises.

pt it es fr uk de